Réflexions d’été – L’Orient-Le Jour

Il est temps de recommencer à être heureux. L’été a bien débuté. Les filles commencent à bronzer et les gens ont un coup de soleil tellement fort qu’ils se suicident les uns après les autres.

Voilà pour le décor apocalyptique ! Nous vivons entre des Lara Croft et des Terminator !

Humour noir, quand tu nous tiens ! Déplacé peut-être, mais j’assume.

Cela dit, pour revenir à l’essentiel de l’actualité, le Terminator de Russie a réussi un nouveau coup de force en faisant un référendum très, très démocratique lui permettant de rester président de la République jusqu’au moins 84 ans. Sacré Vlad ! Toujours la bonne action pour sauver le monde d’une décadence, voire d’une déchéance, certaine. Il est bien, Poutine. Sérieusement ! Intelligent, une forte poigne et tout, et tout, et tout. Tenez, par exemple, le directeur de Gazprom a depuis quelques années osé dire que Vlad n’était pas gentil. Maintenant, il croupit dans les geôles russes, et ses biens et sa fortune sont confisqués. Comme dit l’expression arabe : « Ou quelque chose de bien ou rien du tout ! » (« Ya chi mnih, ya bala).

D’ailleurs, après l’analyse de la question autour de cette vox populi unanime, j’ai compris pourquoi le président russe a mis en place ce référendum. Il veut voir avant la fin de son règne de tsar si le miracle libanais va se produire. En d’autres termes, si un jour le pays du Cèdre fournira du gaz de Kiev à Vladivostok et ainsi arrêter de faire tourner la machine Gazprom pour l’Europe. Il ne désespère pas. C’est un homme conscient des défis maritimes auxquels sont confrontées les autorités libanaises, et devant la télévision du Kremlin, il assiste désespérément au forage incessant des eaux territoriales libanaises afin d’en extraire… Mais quoi au juste ? Et il note dans son fauteuil que nous ne faisons que recevoir douche froide sur douche froide avec cette moue bien à lui. Évidemment, il rigole en son for intérieur, lui qui est habitué à des bains dans des eaux à zéro degré pour se purifier. Bon, qu’est-ce donc que ce branle-bas de combat autour d’une richesse qui, ironie du sort, ne fait qu’accroître la pauvreté du pays ?

Pour le moment, nous ne sommes pas sortis de l’auberge. Nous soutenons mordicus que l’été prochain (avant, c’était le printemps, mais le temps joue contre nous), le Liban ne souffrira plus de l’effet de serre. Forcément, vivre dans des conditions plus serrées que maintenant broierait nos os. Et puis, l’effet de serre, c’est du gaz carbonique qui nuit gravement à la santé. Nous aurons du gaz sans effets du tout. À plus forte raison puisque qu’il est bénin tant qu’il n’est pas encore trouvé.

Vlad a tout prévu, je vous dis. À l’avenir, il se dit que peut-être – et je dis seulement peut-être – nous irons tout droit à la mise en place de kolkhozes. Qui sait ? Récemment, encore, aux nouvelles, le président d’un syndicat augurait d’une révolte des moujiks à cause de la hausse du prix des engrais et autres matières qui aident à la croissance des fruits et légumes.

Bon ! Nous avons eu, en un premier temps, certains hôtels haut de gamme puis, depuis deux jours, certains magasins suivis de près par le président du syndicat des centres balnéaires et maintenant les moujiks. Qui va-t-il rester ? Nous nous dirigeons lentement mais sûrement vers une atrophie totale.

Enfin, je dis ça, je dis rien. Je ne veux pas dramatiser. Il est encore temps d’être heureux tant que la nomenklatura l’est. D’ailleurs, c’est très simple. Techniquement, ils sont tous au chômage. Les uns ne peuvent pas travailler car les autres les en empêchent, et les autres veulent travailler mais les uns ne les laissent pas prendre leur place. Telle est l’équation. Du coup, personne ne fait rien et chasse les mouches, enfin les moustiques (c’est de saison !). Telle est l’équation. Et nous nous retrouvons, de nouveau, avec 140 chômeurs de plus. La vie est dure pour tout le monde. Mais nous ne le réalisons pas ! Même dans les hautes sphères, ils peinent à joindre les deux bouts. Ce ne sont pas les mêmes bouts non plus, et ils ne sont pas encore à l’article du suicide. Nous sommes toujours au stade de distribution des avis et des recommandations, des demandes et des revendications. C’est un peu Game of Thrones ou Casa de papel. Presque amusant ! D’ailleurs, casa de papel, c’est maison de papier. C’est comme ça. Au fait, saviez-vous qu’il y avait une série sur Raspoutine ? Ils ont dû sûrement écrire le scénario ou, au moins, y contribuer en tant qu’experts de la mise en scène et de l’actorat. Il y a des gens dont les dons sont cachés. Que fait donc la MGM ? Vers qui se dirige Hollywood ? Que tourne Cinecittà ? Pourquoi Bollywood continue de chercher de nouveaux talents ?

Nous les avons. We are the solution. We are the champions. Sacré Freddie ! Il a bien fait de mourir avant de voir tout ça. Il s’en serait tapé d’ailleurs. Comme Vlad au fond ! Même si Gazprom participe activement à la réalisation du rêve libanais du lot 9 (si je ne me trompe pas de numéro).

Et danse la décadence… Telle est la vérité.

Bon, j’arrête. C’est dimanche, il fait chaud et j’ai attrapé un coup de soleil, un coup d’amour, un coup de j’aime mon pays…. malgré tout !

Spassiba (merci en russe) pour votre patience !

Les textes publiés dans le cadre de la rubrique « courrier » n’engagent que leurs auteurs et ne reflètent pas nécessairement le point de vue de L’Orient-Le Jour. Merci de limiter vos textes à un millier de mots ou environ 6 000 caractères, espace compris.

Il est temps de recommencer à être heureux. L’été a bien débuté. Les filles commencent à bronzer et les gens ont un coup de soleil tellement fort qu’ils se suicident les uns après les autres.

Voilà pour le décor apocalyptique ! Nous vivons entre des Lara Croft et des Terminator !

Humour noir, quand tu nous tiens ! Déplacé peut-être, mais j’assume.

Cela…