Programme TV du lundi 27 juillet : notre sélection






© DR
Gérard Depardieu dans le rôle de Jean Lucas, qui décide en sortant de prison de mener une vie honnête… ou presque.

COMÉDIE. Pignon refait des siennes

A 21h05 sur France 3. On ne se lasse pas davantage du duo Pierre Richard -Gérard Depardieu que de De Funès-Bourvil dans un autre genre. Parce que ce sont des clowns eux aussi, mais chacun ici bien dans son rôle, l’auguste et le clown blanc. Pierre Richard fait les gags, Gérard Depardieu nous prend à témoin d’un air mal embouché, fatigué, ulcéré, encore plus touchant à revoir leur duo aujourd’hui car comme il était jeune, Gégé, en 1986. Quel abattage. Francis Veber écrit pour eux des dialogues sur mesure. Evidemment, on voyage moins dans « Les Fugitifs » que dans « La Chèvre », le plus poétiquement déjanté de leurs films, mais « Les Fugitifs », le dernier du triptyque – avec « Les Compères » au milieu — garde son charme loufoque sur les routes de nationale après un braquage. Qui n’est pas commis par celui qui avait le profil…

A sa sortie de prison, Jean Lucas, auteur de nombreux méfaits du genre, est décidé à mener une vie honnête. Ses plans sont compromis par François Pignon, oui, l’éternel François Pignon des comédies de Francis Veber (Jacques Brel et Jacques Villeret, entre autres, ont aussi porté le patronyme et les bourdes de ce héros involontairement comique), un brave type qui s’est ici résigné à braquer une banque le jour même où Lucas vient ouvrir un compte.

Lorsque le hold-up tourne mal, Pignon le prend en otage et personne ne croit en son innocence. Il se retrouve alors en cavale avec le néophyte des mauvais coups qui trouve le moyen, par maladresse, de lui tirer une balle dans la cuisse… Ce qui offre une scène culte à Jean Carmet, grand ami des deux dans la vie, en vétérinaire chargé d’opérer le braqueur repenti. Et encore une fois, cela fonctionne à merveille : impossible de ne pas rire aux éclats devant les facéties de cet alliage contre nature. Hilarant, mais aussi émouvant. Francis Veber dessine des héros à côté de la plaque, marginaux rigolos, tendres et paumés. Adoubés depuis trois ou quatre décennies par le public.

LA NOTE DE LA RÉDACTION : 4/5

« Les Fugitifs », comédie de Francis Veber (1986), avec Pierre Richard, Gérard Depardieu, Jean Carmet, Maurice Barrier… 1h30

COMÉDIE. Amours, gosses et bosses



Arnaud Ducret et Louise Bourgouin jouent les colocataires avec enfants dans « Les dents, pipi et au lit » /M 6/SND


© Fournis par Le Parisien
Arnaud Ducret et Louise Bourgouin jouent les colocataires avec enfants dans « Les dents, pipi et au lit » /M 6/SND

A 21h05 sur M 6. Jusqu’ici en colocation avec son ami Thomas, Antoine est un célibataire fêtard et jouisseur qui entend bien le rester. Mais contraint de partir aux Etats-Unis, Thomas trouve à Antoine non pas un mais… une nouvelle coloc, tout à fait charmante. Sauf que, divorcée, elle a deux enfants de 5 et 8 ans qu’elle amène avec elle. Pour Antoine, le choc est rude… En dépit d’une ou deux séquences, façon ça passe ou ça casse, on aime bien cette comédie, solidement tenue par son duo d’acteurs principaux. Car côté énergie, il en va d’Arnaud Ducret et des deux enfants comme de Louise Bourgoin : c’est de la bombe. Les gamins et ados qui l’ont adoré dans bien des comédies à succès de ces dernières années, notamment aux côtés de Kev Adams, pourraient bien l’apprécier ici en famille dans un rôle plus épais.

LA NOTE DE LA RÉDACTION : 3,5/5

« Les dents, pipi et au lit », comédie française d’Emmanuel Gillibert (2018), inédit en clair, avec Arnaud Ducret et Louise Bourgoin. 1h50

FILM. Cadavre exquis

A 21h05 sur 6Ter. Acteur de métier fui par la profession, Jean reçoit une proposition inattendue de Pôle emploi spectacle : faire le mort trois jours, tous frais payés, à la montagne, pour la reconstitution d’une scène de crime. Dans le train qui le conduit vers les cimes de sa nouvelle gloire, Jean drague avec une délicatesse de Panzerdivision la brune Noémie, qui se révèle, le lendemain, être la juge d’instruction chargée de l’affaire. Sur place, notre homme rue dans les brancards, oublie d’être docile, incarne son personnage avec la fougue d’un pensionnaire de l’Actors Studio. Heureusement, il va aussi se révéler fin détective…

« Je fais le mort » va comme un gant à la personnalité délicieusement décalée de François Damiens (« la Famille Bélier », « l’Arnacœur »), qui forme un formidable duo avec Géraldine Nakache (« Tout ce qui brille », la série « Kaamelott »). Quel bonheur de voir une comédie policière réussie, originale, dialoguée efficacement et bien jouée!

LA NOTE DE LA RÉDACTION : 4/5

« Je fais le mort », film français de Jean-Paul Salomé (2013) avec François Damiens et Géraldine Nakache. 1h44

DOCUMENTAIRE. Un dernier pour la route

A 21h40 sur France 5. « Rien ne sert de courir, il faut partir à poil. » Le mantra de Nans et Mouts a failli être mis à mal dès le début de ce nouvel épisode. On retrouve les deux amis en pleine nuit, dans le froid du mois de février, obligés de s’introduire dans une grange pour pouvoir dormir au chaud, dans le foin. Heureusement, leur chance va tourner et ils vont pouvoir poursuivre leur périple. Comme à chaque fois, ils partent avec un rêve à accomplir, aller au sommet de la vallée d’Ossau, une montagne enneigée du sud-ouest de la France, et y prendre un bain dans un jacuzzi fait maison.

Cet épisode est le dernier inédit de l’été, il faut en profiter ! Comme à chaque fois, c’est bourré d’émotion, de portraits d’anonymes et d’histoires souvent passionnantes. Ça fonctionne très bien, d’autant plus que l’aventure de cet épisode est plus riche que d’habitude. La fin de saison est plus que réussie !

LA NOTE DE LA RÉDACTION : 4,5/5

« Nus et culottés : objectif Vallée d’Ossau », documentaire inédit réalisé par Nans Thomassey, Guillaume Tisserand-Mouton et Benjamin Coadic (2020). 51 minutes

COMÉDIE. Touche pas à ma fille

A 21h05 sur Chérie 25. On est un peu dans l’esprit du « Cœur des hommes » et des « Petits Mouchoirs » avec cette comédie bien ficelée où il est question d’amitié, de fidélité, de petites cachotteries et de gros mensonges. Walter Orsini, quinquagénaire en plein divorce, souvent bougon, est un père très protecteur, qui adore Clémence, sa fille de 20 ans (Ana Girardot). Tout va bien jusqu’au jour où la jeune fille tombe amoureuse de l’un des amis de son père.

Cette comédie familiale aux situations classiques mais crédibles est à la fois drôle et chaleureuse. Quant à Lanvin, il colle parfaitement au personnage, qui n’est pas sans rappeler celui de Lino Ventura dans « La Gifle ». Mais tout de même, on en est loin…

LA NOTE DE LA RÉDACTION : 3,5/5

« Amitiés sincères », comédie dramatique française réalisée par Stephan Archinard et François Prévôt-Leygonie avec Gérard Lanvin, Jean-Huges Anglade, Ana Girardot, Wladimir Yordanoff, Zabou Breitman (2012). 1h44

LIRE AUSSI > Le programme TV dans son intégralité