Les travailleurs de Broadway raclant par

NEW YORK – La couturière de Broadway Amy Micallef n'a pas mis son talent en suspens pendant que les théâtres sont fermés. Elle fabrique des jouets en peluche – des jouets en peluche inhabituels.

Micallef, qui a travaillé dans les départements de garde-robe de «Hamilton», «Waitress» et «Frozen», fait des représentations joyeuses de covid-19, avec une paire d'yeux et de la fausse fourrure. Chacun coûte 23 $ et elle encourage les acheteurs à déchaîner leur colère sur ses créations.

"Parfois, vous avez besoin de jeter quelque chose contre le mur, vous devez marcher sur quelque chose. Voulez-vous renverser cette chose avec votre voiture? Chérie, sois mon invitée", dit-elle. "Voici votre chance pour une douce et douce vengeance."

Alors que les scènes restent sombres, les travailleurs de Broadway comme Micallef trouvent des moyens de garder les lumières allumées à la maison avec des bousculades latérales. Certains enseignent la danse. Certains proposent des cours de musique ou des astuces de théâtre via Zoom. Certains fabriquent des bijoux ou vendent des produits de soin de la peau ou des journaux faits à la main.

[CORONAVIRUS: Click here for our complete coverage » arkansasonline.com/coronavirus]

"Les concerts habituels des acteurs sont la restauration et même ces emplois n'existent pas. Personne ne organise des soirées", a déclaré Jeanna de Waal, qui jouera le rôle principal dans la comédie musicale "Diana". "Beaucoup de gens doivent apprendre de nouvelles activités secondaires."

Le tableau de la survie deviendra certainement plus sombre avec l'expiration du programme gouvernemental d'indemnisation en cas de pandémie de 600 $ par semaine. Le groupe de secours The Actors Fund a distribué plus de 14 millions de dollars d'aide à quelque 12 000 personnes, mais il en faut davantage. La ville ne s'attend pas à ce que les spectacles reprennent avant au moins janvier.

«Le secteur des arts et du divertissement dans son ensemble est au bord de la plus grande crise existentielle que nous ayons jamais connue», a déclaré Adam Krauthamer, le président de la section locale 802, qui représente les musiciens. "Nous sommes au bord de la falaise."

Il a déclaré que bon nombre de ses 7 000 membres examinaient attentivement leur carrière et ne retourneraient peut-être pas aux stands d'orchestre de Broadway ou aux espaces symphoniques.

"Si les bons politiciens et philanthropes et les personnes qui aident les arts ne sont pas engagés à mettre sur pied un programme qui sauvera la culture et les arts à New York, cela va changer comme nous le savons pour toujours."

La carrière d'Ali Solomon était enfin en plein essor lorsque la pandémie a frappé à la mi-mars. Comme beaucoup d'artistes de Broadway, elle avait un patchwork d'emplois. Elle était chorégraphe associée pour le spectacle off-Broadway "Trevor: The Musical", chorégraphe de tournée pour "Charlie and the Chocolate Factory" et a aidé un spectacle en développement. Tous ont été arrêtés, mais la nécessité de payer le loyer ne l'était pas.

«Vous êtes au sommet de votre art après avoir travaillé pendant tant d'années, et maintenant pour aller chercher un emploi dans une autre industrie, par où commencer? Vous êtes au bas du totem. Vous avez de la chance si vous Je gagnerai le salaire minimum », dit-elle.

Pour joindre les deux bouts, elle est consultante en soins de la peau pour Rodan et Fields et enseigne – à la fois en personne dans un studio de Long Island et virtuellement pour PassDoor – un studio de danse en ligne créé par des vétérans de Broadway.

"Je commence à ajouter de petits revenus. Rien de tout cela ne sera comparable à ce que je faisais auparavant. Mais c'est quelque chose, et heureusement, j'ai pu épargner. Mais la peur, cependant, c'est cet œuf que vous 'ai épargné va rapidement diminuer parce que le coût de la vie est si élevé. "

De Waal est passé d'acteur à l'embauche. Elle s'est concentrée sur Broadway Weekends, une compagnie qu'elle et sa sœur, Dani, ont lancée en 2017, offrant des camps de théâtre en personne pour adultes. Après l'arrêt de la pandémie, elle a décidé de se concentrer en ligne et a recruté d'autres artistes. "Tous mes amis étaient au chômage. C'était donc très facile de demander aux alentours."

Broadway Weekends propose désormais 20 à 30 cours par semaine sur Zoom, facturant 39 $ par mois pour un accès illimité. Les inscriptions ont grimpé à plus de 7 000. De Waal paie ses professeurs et travaille à créer une version à but non lucratif et une branche éducative pour les écoliers.

Jenny Florkowski, un vétéran de "Wicked", fabrique des bijoux sur le côté et se tourne vers la communauté au sens large. Elle donne tous les profits de la vente de ses bracelets de perles et d'amitié au Fonds de défense juridique de la NAACP et à Colour of Change.

«Pendant ce temps, de nombreux artistes ont le sentiment d'avoir perdu leur objectif», a-t-elle déclaré. "C'était agréable de se connecter avec beaucoup de gens et de sentir que nous donnions tous pour quelque chose de plus grand que nous-mêmes."

Les producteurs de Broadway ont donné des millions de dollars à des fonds d'urgence, et l'un d'eux a même fouillé dans sa poche pour employer 70 danseurs pour animer des cours virtuels de danse-exercices gratuits.

Jenna Segal, coproductrice d'émissions telles que "Hadestown" et "What the Constitution Means to Me", a lancé Get In Shape Grrl! sur Facebook et l'a étendue à une application, attirant quelque 15 000 membres.

"Je me suis juste dit:" Ne serait-il pas amusant d'amener Broadway à des gens qui sont tristes parce que la saison était sur le point d'ouvrir? Faisons quelque chose où ils peuvent participer et nous pouvons garder les danseurs employés "", a déclaré Segal.

La pandémie a révélé à la fois la créativité de la communauté de Broadway et sa fragilité. Micallef, le fabricant de jouets en peluche, dit que sa bousculade latérale est à peine suffisante pour la garder dans le fil. Elle a toujours la foi.

"J'ai l'avantage de connaître deux choses très importantes que je pense que la plupart des gens ne croient peut-être pas", a-t-elle déclaré. "N ° 1: Cela se terminera. Il le sera. Je le promets. Et deuxièmement, il y a du bien de l'autre côté."

Cette image publiée par Amy Micallef montre des représentations en peluche de COVID-19. Micallef, une couturière de Broadway qui a travaillé dans les départements de garde-robe de «Hamilton», «Waitress» et «Frozen», vend les jouets comme son côté bousculade, tandis que les productions de Broadway sont fermées en raison de la pandémie. (Amy Micallef via AP)

Cette photo du 25 juillet 2020 montre Amy Micallef posant avec ses créations artisanales chez elle. Alors que les scènes de Broadway restent sombres en raison de la pandémie, les travailleurs de Broadway se concentrent sur les bousculades latérales. Micallef, une couturière de Broadway qui a travaillé dans les départements de garde-robe de «Hamilton», «Waitress» et «Frozen», fait des représentations joyeuses de COVID-19 à vendre, avec une paire d'yeux et de la fausse fourrure. (Amy Micallef via AP)

Cette photo du 25 juillet 2020 montre Amy Micallef posant avec ses créations artisanales chez elle. Alors que les scènes de Broadway restent sombres en raison de la pandémie, les travailleurs de Broadway se concentrent sur les bousculades latérales. Micallef, une couturière de Broadway qui a travaillé dans les départements de garde-robe de «Hamilton», «Waitress» et «Frozen», fait des représentations joyeuses de COVID-19 à vendre, avec une paire d'yeux et de la fausse fourrure. (Amy Micallef via AP)

Cette combinaison de photos fournie par Jenny Florkowski montre des échantillons de ses bracelets de perles, de gauche et de bracelets d'amitié à vendre. Florkowski, un vétéran de «Wicked», distribue tous les profits des ventes. Elle a récemment fait un don de 900 $ au Fonds de défense juridique de la NAACP et Colour of Change. (Jenny Florkowski via AP)

Cette combinaison de photos fournie par Jenny Florkowski montre des échantillons de ses bracelets de perles, de gauche et de bracelets d'amitié à vendre. Florkowski, un vétéran de «Wicked», distribue tous les profits des ventes. Elle a récemment fait un don de 900 $ au Fonds de défense juridique de la NAACP et Colour of Change. (Jenny Florkowski via AP)