La police dit qu'un homme à la hache brise les portes du Parlement néo-zélandais

CBC

L'Ontario émet une ordonnance de maintien au domicile alors que les modèles COVID-19 montrent que la province est à un «  point dangereux ''

Le gouvernement de l'Ontario a annoncé une ordonnance provinciale de maintien à domicile et de nouvelles restrictions, alors que la nouvelle modélisation du COVID-19 révélée mardi montre que le système de santé est sur le point d'être débordé. La province dit qu'elle émet l'ordonnance de séjour à la maison à compter de jeudi à 00 h 01, ce qui obligera tout le monde à rester à la maison, sauf pour des raisons essentielles, comme aller à l'épicerie ou à la pharmacie, accéder aux services de soins de santé, pour exercice ou pour un travail essentiel. «Notre province est en crise», a déclaré le premier ministre Doug Ford. "Le système est au bord de l'effondrement. Il est sur le point d'être débordé." La province dit qu'elle promulgue les mesures suivantes, qui entreront en vigueur entre aujourd'hui et jeudi: Les rassemblements publics organisés en plein air et les rassemblements sociaux sont en outre limités à une limite de cinq personnes avec des exceptions limitées. Les gens sont tenus de porter un masque ou un masque facial dans les zones intérieures des entreprises ou des organisations ouvertes. Le port d'un masque ou d'un masque facial est désormais recommandé à l'extérieur lorsque vous ne pouvez physiquement pas parcourir plus de deux mètres. Tous les magasins de vente au détail non essentiels, y compris les quincailleries, les détaillants d'alcool et ceux qui offrent le ramassage ou la livraison en bordure de rue, doivent ouvrir au plus tôt 7 h et fermer au plus tard 20 h. Les heures d'ouverture restreintes ne s'appliquent pas aux magasins qui vendent principalement de la nourriture, des pharmacies, des stations-service, des dépanneurs et des restaurants à emporter ou à livrer. La construction non essentielle est en outre restreinte, y compris la construction en dessous du niveau du sol, exempt d'arpentage. «La transmission communautaire est répandue. C'est dans nos hôpitaux, dans nos foyers de soins de longue durée et sur nos lieux de travail», a déclaré mardi la ministre de la Santé, Christine Elliott. La province a également annoncé mardi que les écoles de ces bureaux de santé publique ne reprendront pas l'enseignement en personne avant le 10 février: Région de Windsor-Essex Peel Toronto York Hamilton "Les écoles dans les points chauds pourraient ne pas reprendre", a déclaré Elliott. REGARDER | Premier Ford décrit l'état d'urgence: Vous pouvez trouver plus d'informations sur les nouvelles restrictions de l'Ontario ici. Une nouvelle modélisation révèle que l'Ontario est à un «  point dangereux '' On a demandé mardi à Ford si l'inaction du gouvernement avait quoi que ce soit à voir avec l'état actuel de la pandémie en Ontario, à laquelle le premier ministre a répondu que la province faisait tout ce qui était en son pouvoir pour ralentir la propagation de le virus. "Nous travaillons en équipe. Et tout accident, je le porte", a déclaré Ford. Une nouvelle modélisation publiée mardi montre que si les Ontariens ne réduisent pas considérablement leurs contacts avec les autres pendant la pandémie, le système de santé de la province sera submergé et les décès dépasseront les totaux de la première vague avant qu'un vaccin n'ait le temps d'entrer en vigueur. «Nous sommes à un point dangereux», a déclaré le Dr Adalsteinn Brown, coprésident de la Table consultative scientifique du COVID-19 de l'Ontario, lors d'une séance d'information matinale. Il y a maintenant des cas de COVID-19 dans toutes les régions de l'Ontario, a déclaré Brown, et les hôpitaux de la province font face à un afflux potentiellement mortel de patients. "La croissance de la pandémie est particulièrement aiguë en ce moment", a-t-il ajouté, notant que l'augmentation du nombre de nouveaux cas quotidiens est supérieure à 7% "dans nos pires jours", bien dans le pire des cas pour les perspectives de la maladie dans le Province. REGARDER | Le Dr Adalsteinn Brown explique comment les tendances actuelles du COVID-19 pourraient avoir un impact sur les soins hospitaliers: La modélisation révisée suggère que malgré les restrictions mises en place le mois dernier, la mobilité et les contacts entre les personnes n'ont pas diminué en Ontario. Les données d'enquête montrent qu'une majorité de personnes essaient de limiter la propagation du virus en suivant les conseils de santé, mais le nombre de cas ne baissera pas tant que davantage de personnes ne suivront pas cet exemple, a déclaré Brown. Et malgré les affirmations répétées des responsables provinciaux et du premier ministre selon lesquelles l'Ontario construisait un «anneau de fer» autour de ses foyers de soins de longue durée pour protéger les personnes âgées, les chiffres publiés mardi montrent également que près de 40% des foyers de soins de longue durée de la province ont maintenant des flambées actives de COVID-19. Elliott a affirmé mardi que la province «construisait cet anneau de fer autour des foyers de soins de longue durée par les vaccinations que nous faisons» – mais les responsables de l'Ontario ont promis un «anneau de fer» autour de ces maisons bien avant que les vaccins ne soient approuvés par la Santé Canada. Les prévisions de la province suggèrent maintenant qu'il y aura en fait plus de décès dans les soins de longue durée dans la deuxième vague de la pandémie par rapport à la première. Depuis le 1er janvier 2021, 198 résidents en soins de longue durée et deux membres du personnel sont décédés. Vous pouvez lire l'intégralité du document de modélisation provincial au bas de cette histoire Les modélisateurs ont également averti que les patients atteints de COVID-19 occupent maintenant plus de 400 lits de soins intensifs en Ontario, ce qui retarde ou annule les chirurgies et autres procédures, ce qui entraînera " de réelles conséquences pour la santé. " Brown a déclaré qu'à l'heure actuelle, environ un quart des hôpitaux de l'Ontario n'ont plus de capacité de soins intensifs, tandis qu'un autre quart n'a qu'un ou deux lits disponibles à la fois. Les hôpitaux dont la capacité de soins intensifs est nulle ou très limitée sont répartis dans toute la province, a-t-il ajouté. "Ce n'est plus un problème d'une ou deux régions", a poursuivi Brown. Choix des bénéficiaires de soins à l'horizon Les projections montrent maintenant qu'il pourrait y avoir environ 500 patients COVID-19 en soins intensifs d'ici la mi-janvier et potentiellement plus de 1000 d'ici février dans des scénarios plus sévères. De plus, les admissions totales de patients atteints de COVID-19 dans les hôpitaux ont augmenté de 72,2% au cours des quatre dernières semaines. Si les tendances actuelles en matière d'hospitalisation se poursuivent sans relâche, les prestataires de soins de santé seront obligés de faire des choix qu '«aucun médecin ne veut jamais faire», a déclaré M. Brown. "Il y aura des choix pour savoir qui recevra les soins dont ils ont besoin et qui ne le fera pas." Les experts en santé publique avertissent également qu'une nouvelle variante plus facilement transmissible du virus identifiée pour la première fois au Royaume-Uni pourrait commencer à se propager rapidement dans la province, prolongeant considérablement la période de temps nécessaire pour que le nombre de cas diminue considérablement. Huit autres personnes infectées par la variante britannique du coronavirus en Ontario ont été identifiées hier. Au total, 14 cas de la variante ont été identifiés, mais "il est très probable que nous en ayons d'autres dont nous ne sommes pas au courant", a déclaré le Dr Barbara Yaffe, médecin hygiéniste en chef adjoint de la province, lors de la séance d'information. Trois des cas signalés aujourd'hui n'ont actuellement aucun lien connu avec les voyages, ce qui suggère qu'une propagation communautaire pourrait déjà se produire. Dans le pire des cas où la variante se propage de manière incontrôlée, les modèles montrent que l'Ontario pourrait voir jusqu'à 20 000 nouveaux cas chaque jour à la mi-février. Yaffe a déclaré que les résultats de l'enquête et les tendances actuelles indiquent que les mesures de «verrouillage» mises en œuvre à la fin de l'année dernière n'étaient «pas suffisantes». Interrogé sur la question de savoir si la campagne de vaccination de l'Ontario pourrait ralentir de manière significative la transmission du nouveau coronavirus, Yaffe a déclaré qu'il faudra «plusieurs mois» pour atteindre l'immunité collective, ce qui nécessite la vaccination d'environ 60 à 70% de la population. REGARDER | Le premier ministre Ford explique pourquoi il n'est pas en faveur d'un couvre-feu: Brown et Yaffe ont tous deux déclaré aujourd'hui que tout plan visant à ralentir efficacement la propagation du COVID-19 dans la province nécessitera un soutien social pour les travailleurs essentiels qui doivent s'absenter du travail, afin que «personne n'ait à choisir entre passer un test et mettre de la nourriture sur la table». Jusqu'à présent, Ford a rejeté les appels pour jusqu'à 10 jours de congé de maladie payés pour les travailleurs de l'Ontario. Interrogé mardi sur la question, il s'est reporté aux programmes d'aide fédéraux. 2 903 nouveaux cas signalés aujourd'hui Tout cela intervient alors que la province a signalé 2 903 autres cas de COVID-19 et 41 autres décès de personnes atteintes de la maladie aujourd'hui. Les nouveaux cas comprennent 837 à Toronto, 545 dans la région de Peel, 249 dans la région de York, 246 dans la région de Niagara, 166 dans la région de Waterloo et 158 ​​dans Windsor-Essex. Les autres bureaux de santé publique qui ont enregistré une augmentation à deux chiffres du nombre de cas sont: Hamilton: 86 Région de Durham: 75 Middlesex-London: 74 Ottawa: 68 Lambton: 63 Simcoe Muskoka: 58 Sud-ouest: 51 Région de Halton: 47 Wellington-Dufferin-Guelph: 41 Chatham Kent: 26 Huron-Perth: 23 Est de l'Ontario: 18 Haldimand-Norfolk: 11 Haliburton, Kawartha, Pine Ridge: 10 Thunder Bay: 10 (Remarque: Tous les chiffres utilisés dans cet article se trouvent sur le COVID du ministère de la Santé. 19 ou dans son résumé épidémiologique quotidien. Le nombre de cas pour une région peut différer de ce qui est signalé par le bureau de santé publique local, car les unités locales communiquent des chiffres à des moments différents.) La moyenne sur sept jours des nouveaux cas quotidiens a légèrement diminué à 3,523. Il y a maintenant 30 141 cas actifs confirmés de COVID-19 dans toute la province. Le réseau de laboratoires de l'Ontario a traité 44 802 échantillons de test pour le virus et a signalé un taux de positivité des tests de 7,8%. La province affirme que 11 448 autres doses de vaccins ont été administrées hier. Un total de 133 553 clichés ont maintenant été distribués en Ontario. Pendant ce temps, le nombre de patients atteints de COVID-19 à l'hôpital a augmenté de 138, pour atteindre 1701 – un nouveau sommet pandémique. Parmi ceux-ci, 385 sont traités en soins intensifs et 262 nécessitent l'utilisation d'un ventilateur pour respirer. Le bilan des décès dus au COVID-19 en Ontario est maintenant de 5053. Voici la dernière modélisation provinciale sur la propagation du COVID-19 en Ontario: