Anne-Dominique Toussaint fait équipe avec Philippe Le Guay, Emmanuelle Devos

Anne-Dominique Toussaint, productrice de films vénérée et discrète d'origine belge basée à Paris, a découvert et défendu de nombreux cinéastes prometteurs à travers sa société Les Films des Tournelles. Et le meilleur reste à venir.

Depuis le lancement de son entreprise il y a 32 ans, Toussaint, qui est connue pour son goût artistique et son attitude élégante, a entretenu des relations à long terme avec des talents tels que Nadine Labaki («Caramel»), Riad Sattouf («Les French Kissers» ), Louis Garrel («Les deux amis») et Philippe Le Guay («Le coût de la vie»). Elle a produit leurs débuts et les a suivis, leur donnant la liberté nécessaire pour livrer des films originaux qui ont trouvé un public international.

Toujours à l'affût de défis stimulants, Toussaint s'apprête désormais à produire le premier long métrage de l'une des comédiennes les plus connues de France, Emmanuelle Devos («Read My Lips»).

Le projet de Devos «On the Road Again» est un ambitieux film de 1913 mis en vedette par deux protagonistes féminines, qui sera interprété par Anais Demoustier, qui a remporté l'an dernier le Cesar Award pour son rôle dans «Alice et le maire», et Doria Tillier («La Belle Epoque»).

Toussaint a déclaré que le point de départ du film était basé sur «la fascinante histoire vraie d'Albert Kahn, un riche philanthrope et naturaliste français qui envoyait des gens du monde entier prendre des photos pour son vaste projet intitulé« Les archives de la planète ». En 1913, deux femmes en France ont été envoyées par Kahn pour se rendre en Irlande et y prendre des photos.

«Devos a développé cette riche toile et a imaginé le voyage de ces deux femmes, Marguerite et Madeleine (devant être jouées par Demousiter et Tillier), qui ne se connaissaient pas et se sont lancées dans un long road trip de la France à l'Irlande. », A déclaré Toussaint. Devos a co-écrit le scénario avec David Clavel.

Le producteur a déclaré que le film serait "spectaculaire" avec une cinématographie et des paysages luxuriants, mais "il s'agira principalement du lien intime que ces femmes fortes et émancipées ont tissé à travers cette aventure."

Toussaint produit «On the Road Again» avec Paddy Hayes en Irlande. Diaphana est en pourparlers pour acquérir les droits de distribution français. Le tournage du film devrait commencer en juin.

Pendant la pandémie, Toussaint a retrouvé Le Guay et a réussi à tourner l'un de ses films les plus ambitieux à ce jour, «L'homme du sous-sol», sur place à Paris pendant le verrouillage sans accroc.

Le thriller d'actualité, qui est représenté sur les marchés internationaux par Playtime, met en vedette une distribution prestigieuse dont Berenice Bejo («Le passé»), Jeremy Renier («Slalom») et François Cluzet («Sink or Swim»).

Le drame à suspense tourne autour d'un couple parisien qui vend le sous-sol de leur immeuble à un homme apparemment ordinaire qui s'avère être une menace pour leur famille.

Toussaint a déclaré que le film avait tissé des éléments de thriller avec une certaine rapidité. «L’atmosphère du film est tendue et intrigante, mais en même temps, c’est un film qui est clairement ancré dans la société française d’aujourd’hui déchirée par les conflits.»

Bien que les détails de l'intrigue soient gardés secrets, le producteur a déclaré que le film parlait d'un homme haineux qui répandait des mensonges racistes et antisémites, divisant lentement une famille.

«C’est excitant de retravailler avec Philippe Le Guay et son équipe de premier plan sur ce nouveau film, et je trouve également très gratifiant d’accompagner des artistes qui réalisent leurs premiers films et de les aider à transformer leur vision en film», a déclaré Toussaint.

Toussaint devrait également produire le premier long métrage de Camelia Jordana, le jeune acteur populaire de «Les choses que nous disons, les choses que nous faisons», et produira le prochain film de Garrel.

"Les deux amis" de Garrel, qui a ouvert ses portes à la Semaine de la critique de Cannes, est l'un des débuts remarquables de la carrière de Toussaint, avec "The French Kissers", qui a valu à Sattouf, un écrivain de romans graphiques populaire, le César du meilleur premier film en 2010, et «Caramel» de Labaki, qui a ouvert ses portes à la Quinzaine des réalisateurs de Cannes en 2007 et a été un succès commercial et critique.

«Caramel» a établi Labaki comme un cinéaste important sur la scène internationale et a marqué un tournant dans la carrière de Toussaint. Le film a commencé son amitié avec Labaki avec qui elle a travaillé sur les films suivants, notamment "Où allons-nous maintenant?" et plus récemment, «Capharnaüm», nominé aux Oscars.

Grâce à cette amitié avec Labaki, Toussaint a également développé un lien spécial avec le Liban. Au lendemain du récent attentat à la bombe à Beyrouth, le producteur a été choisi par l’Office national du film français pour superviser un fonds d’urgence destiné à aider à financer 17 projets cinématographiques au Liban.

«L'attentat à la bombe a créé un traumatisme dans la société libanaise, y compris dans l'industrie cinématographique, il était donc important d'aider ces cinéastes. La première étape a été de sélectionner les projets, et maintenant notre rôle est d'écouter les cinéastes, de les conseiller, de les aider à structurer leurs films », explique Toussaint.

Outre ses activités de production, Toussaint est également une passionnée d'art qui dirige la Galerie Cinema, une galerie d'art située dans le Marais à Paris, où de nombreux artistes et cinéastes, de Romain Duris à James Franco, ont exposé leurs photographies. L’année dernière, la Galerie Cinema avait également ouvert ses portes à des expériences singulières de réalité virtuelle, dont «Spheres» d’Eliza McNitt, un voyage interactif coproduit par Darren Aronofsky.